L’Alaska en hydravion

Surnommé par les américains “La Dernière Frontière”
L’Alaska reste une contrée sauvage. Encore épargnée de la folie constructive des hommes, elle offre des paysages somptueux aux visiteurs avides de Nature. Au XVIII siècle, l'explorateur danois Vitus Bering, est envoyé à la découverte de ces terres inconnues par le tsar de toutes les Russies. Le pays est difficile d'accès. Son climat rude, ses températures extrêmes (1) et le scorbut, déciment en grande partie l'équipage. Toutefois, ce lourd tribut payé à l'Aventure sera récompensé par le retour de survivants, les bras chargés de peaux de loutres et d'otaries. Un butin qui incitera les marchands de fourrure à conquérir de nouveaux territoires. En 1867, les Etats-Unis achètent l'Alaska aux Russes pour la modique somme de 7 200 000 dollars. Le pays n’intéresse pas encore les Américains, qui l'ont surnommée la "glacière", mais les choses vont changer dès 1898, lorsqu'une rumeur arrive de la région de Nome. "…Gold!", De l'or!… De l'or au Klondike. Deux tonnes de ce métal précieux sont déchargées sur les ports de San Francisco et Portland, entraînant des milliers de prospecteurs vers cet Eldorado du Nord. L'Alaska va connaître pendant quelques années la plus grande ruée vers l'or de l'humanité.

Le pays est vaste, (l'Alaska est trois fois plus grand que la France) et ses paysages méconnus sont parmi les plus beaux de la planète. Rien de mieux que d'assister au coucher du soleil de minuit sur le lac Chelatna. Les eaux immobiles reflètent la frange colorée des pics enneigés des montagnes, tandis qu'une bande de caribous paisse tranquillement sur le rivage. Lorsqu'ils veulent se rendre dans des endroits inaccessibles aux autres moyens de transport, les habitants du cru utilisent l'hydravion. Des montagnes infranchissables comme le Mont Mac Kintley (2), les milliers de lacs inondant un pays au réseau routier pratiquement inexistant, rendent indispensable ce "tout terrains des airs". Pour s'en convaincre, il suffit d'arriver en avion sur Anchorage (3) et d'observer les nombreuses taches multicolores qui brillent sur le lac Hood & Spenard. De loin, ce pourrait être un port de plaisance, mais en s'approchant, ce que l'on prenait pour des bateaux est en fait une armada d'hydravions. Accrochés par centaines à leurs pontons, flottant mollement sur l'eau, ils attendent leurs pilotes du dimanche. A certains moments, le lac devient le théâtre d'un ballet incessant de décollages et d’amerrissages. Chaque hydravion contient une survie obligatoire, pour pallier à tout incident. Personne n'oublie d'emmener les accessoires indispensables tels que, la tente, des duvets et des portions de nourriture déshydratée. Un matériel de pêche peut s'avérer très utile si l’appareil se trouve coincé plusieurs jours dans un endroit isolé. Chaque pilote doit également emporter une arme ou une bombe anti-ours, au cas où il devrait se poser dans un lieu infesté de loups ou de grizzlys. Parfois, certaines scènes deviennent carrément surréalistes, comme ce chasseur qui, par manque de place à bord, a accroché sa winchester sous une aile de l'hydravion. Ce pays est un pur bonheur pour les amoureux des paysages grandioses. Sur terre, on rencontre plus de caribous, (400 000 têtes) que d’hommes (250 000 habitants). En remontant le fjord de Glacier Bay, les visiteurs seront étonnés par le bleu profond du Lamplug Glacier. Dans le silence total, troublé par les seuls cris des phoques qui se prélassent sur de petits icebergs, des blocs de glace de plusieurs tonnes se détachent soudain du glacier en s'écrasant dans un vacarme étourdissant. Une énorme vague soulève les flots turquoise, mais rapidement le calme revient. Otaries, ours blancs et saumons sont légions dans ces eaux glacées et aller à la rencontre des baleines à bosses reste toujours un moment d'émotion. Leur chant mélodieux ne laisse jamais personne insensible. Faites une expérience. Lors d'une promenade en voiture à quelques kilomètres d’un village, arrêtez vous et patientez un moment. Vous aurez de fortes chances de rencontrer une famille d’ours traversant la route, qui s'immobilise quelques instant pour vous observer. S'ils ne sentent aucun danger pour leurs petits, ils continueront leur chemin en toute sérénité et en avant l'Aventure !..

(1) Le froid peut atteindre des records en hiver et descendre jusqu'à moins 60°. (2) Culminant à 6194 mètres d’altitude, le Mont Mac Kintley ou Denali, est le plus haut sommet d’Amérique du Nord. (3) Anchorage est la plus grande ville de l'État, mais c'est Ju-neau la capitale. FICHE PRATIQUE Office de Tourisme des Etats-unis à Paris : 01 43 72 22 22 ALASKA EVASION (Agence de voyage sur place tenue par des français) P.O. Box 10-232 Anchorage, AK 99510 USA e-mail : alaskaevasion@micronet.net Tel : (1) -907-345-6511 Fax :(1) -907-345-9579