Le Balcon du Dauphiné

Un florilège de petits villages qui ont su conserver leur réelle authenticité.

De Morestel à Crémieu, en passant par Saint-Chef et les grottes de la Balme, voici une promenade originale à s’offrir en région Rhône-Alpes.
A Crémieu, le cloître du couvent des Augustins est surtout réputé pour sa salle du chapitre et son magnifique plafond à caissons. Dans ce joli village, plusieurs maisons ont conservé une poulie en façade. Elle permettait de monter les denrées au grenier pour les préserver. Ici, la Renaissance a marqué de son empreinte bon nombre de demeures, comme en témoignent les fenêtres à meneaux qui ornent les maisons des rues de la Loi ou de la rue du Four Banal. La Halle Saint-Hypolite et la rue des adoubeurs méritent un détour, ainsi que l’hôtel Champonnay, qui appartient depuis le 18ème siècle aux seigneurs de Vénissieux et dont la porte d’entrée est surmontée d’une curieuse tête de chien sculptée.
D’autres décors magnifiques agrémentent les constructions, comme ces magnifiques génoises (bordures de toits, décorées de rangées de tuiles) ou ces linteaux de forme romane. On en trouve quelques uns dans la maison des trois Pendus, rue du Maréchal Vieux. Certains endroits, comme la rue Muette, sont pavés de galets qui se confondent harmonieusement avec les pierres des façades.
A Morestel, la maison Ramier possède des fenêtres à meneaux surplombées d’un linteau en accolade. Et dans le virage de la rue Blanche, une très belle demeure, de forme arrondie, semble faire le guet.
A Brangues, beaucoup de toits sont agrémentés de « pas de moineaux », cette forme à redents issue du Moyen Âge qui donne un aspect si particulier aux toitures de la région.
Les grottes de la Balme sont privées, mais elles peuvent se visiter. Elles sont entièrement recouvertes de concrétions calcaires, dont les formes s’animent au grès de subtils jeux de lumière.
Plus inquiétantes, sont les cheminées de refroidissement de la centrale nucléaire du Bugey qui émergent au dessus du pittoresque village de Hières-sur-Amby. Heureusement, des roches calcaires du site de Larina, datant du Jurassique, semblent préserver avec bienveillance la tranquillité des habitants.
Les artistes de tout temps ne se sont pas trompés en posant leur chevalet devant les paysages romantiques de l’étang de Lemps ou de l’écluse d’Optevoz. Ces lieux ont inspirés les plus grands maîtres de la peinture comme Daubigny ou Camille Corot qui les ont reproduits avec tant de précision.
C’est dans le petit bourg de Saint-Chef, que le célèbre Frédéric Dard, plus connu sous le pseudonyme de San Antonio, à passé une partie de son enfance et c’est là qu’il a choisit d’être enterré.
L’écrivain venait avec ses amis dîner dans la Taverne Rustique. Ils y dégustaient une merveilleuse poule confite aux écrevisses et terminaient souvent le repas avec une simple, mais délicieuse, tarte aux pommes.
La petite église du village ne paye pas de mine vue de l’extérieur, mais dès que l’on a franchi sa porte d’entrée on découvre un véritable trésor d’art pictural. Les murs sont recouverts de fresques du XIIème siècle, d’inspiration byzantine, aux couleurs qui ont su conserver leur éclat au fil du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *