Autour de Saint-Malo

De Cancale à Saint-Briac, en passant par Saint-Malo et Dinard

En Bretagne, sur la Côte d’Emeraude (l’émeraude, en raison de la couleur incroyable de la mer dans cette région), les plages sont somptueuses. Du sable fin blanc, des rochers, des criques accueillantes et la particularité d’accueillir un grand nombre d’îles privées, comme l’île Du Guesclin à Saint-Coulomb. Elle a appartenu au poète Léo Ferré qui y vécu plusieurs années avec sa guenon. Sa propriété a été rachetée il y a quelques temps par un richissime industriel franco-Allemand, mais le lieu reste privé et ne peut pas se visiter. C’est comme celle qui se profile au large de Dinard, l’île Harbour. Alain Delonl’a possédée un certain temps. La côte est très variée et nombreux de ces sites ont été photographiés à l’aide d’un drone.
Saint-Malo est le lieu le plus visité de Bretagne après le Mont Saint-Michel qui lui, attire le plus de touristes en France après Paris.
C’est la patrie des grands navigateurs et des corsaires . Ils combattirent l’anglais à l’époque de Louis XIV et même après, pendant plusieurs années. Certains se reconvertirent en découvreurs des mers et en rapportèrent d’immenses richesses. Du coup, les armateurs (ceux qui affrétaient les bateaux) sont devenus extrêmement riches et ils ont fait construire de superbes demeures avec parcs gigantesques qu’on appelle « Malouinières ». Il y en a partout dans Saint-Malo et à l’extérieur de la ville. Les propriétaires qui étaient tout le temps en mer, ne rêvaient que de verdure et préféraient se faire construire leurs palais en pleine campagne. Des plages charmantes s’étiolent tout au long de la côte, elles ont pour nom : plages du Val, de Minhic, du Pont, Pointe de la Varde, plage du Val, le Nicet, les Chevrets, du Port, de la Touesse ou la plage du Verger. Elle s’offrent aux visiteur jusqu’à la Pointe du Grouin. C’est d’ici que partent tous les quatre ans les concurrents de la célèbre course transatlantique « la Route Du Rhum« . Le port de la Houle, à Cancale propose aux touristes bon nombres de petits restaurants sympathiques où l’ont peut déguster, entre autres, les fameuses « plates » l’huitre qui a fait la célébrité de cette charmante cité bretonne.
Dinard, qui fait face à Saint-Malo (juste une rivière les sépare) possède une des 5 usines marémotrices de la planète. L’énergie de la marée (qui a un des plus grands marnage au monde) fournit de l’électricité pour plus de 250 000 foyers, soit l’équivalent d’une ville comme Rennes.
Dinard est réputée pour avoir les plus belles villa des années 1900. On peut partir à la découverte de la ville en longeant la promenade au Clair de Lune, qui suit la côte et qui offre aux visiteurs un véritable feu d’artifice de plantes exotiques. Au printemps, les plantes tropicale éblouissent le visiteur par leur taille et leurs couleurs éclatantes. En prolongeant ce sentier des douaniers à pied, on peut admirer les plus belles villas de la Côte d’Emeraude qui le bordent. En longeant la côte vers l’Ouest, on arrive rapidement à Saint-Lunaire. Cette petite bourgade a su conserver le charme de ces stations balnéaires anglaises du début du siècle dernier. En continuant vers les Côtes d’Armor, se trouve le petit village de Saint-Briac qui marque la frontière du département.
En empruntant le chemin des douaniers qui longe les berges de la Rance jusqu’à Dinan, vous allez à la découverte de lieux charmants comme le village de Minhiac sur Rance, ou Saint-Suliac. Ce dernier a même concouru pour obtenir le label de plus beau village de France.
La dune se couvre d’un tapis de bruyère que l’on admire depuis le chemin de ronde de la Malouine.
Les stations balnéaires de Saint-Lunaire et Dinart offrent une multitude de plages, mais celle que je préfère c’est celle du Prieuré car elle donne une des plus belle vues sur la citadelle de Saint-Malo.
La capitale des corsaires s’est recroquevillée entre ses remparts austères, mais elle donne toute sa splendeur depuis la plage du Sillon. Lors des grandes marées, les vagues déferlent et explosent au pied des maisons dans un spectacle ébouriffant. En allant vers l’Est, on ira visiter les roches sculptées de Rotheneuf. L’abbé Mouret a passé une grande partie de sa vie à taillader et former les rochers surplombant la mer pour ornementer les lieux de figures religieuses et parfois sataniques.
Pour avoir une meilleure impression des paysages de la Rance, il est impératif de s’y balader en bateau. Une mini-croisière vous amène de Dinart à Dinan en à peine deux heures et au cours de cette balade fluviale vous rencontrerez des sites remarquables. Dès que l’on quitte Dinart, le bateau emprunte l’écluse du barrage de la Rance, une des rares centrale électrique qui puise son énergie dans la force des marées. De belles demeures surplombent le village de La Richardais, on continue sur le petit port du Minhic et sa plage tranquille ou les enfants peuvent se baigner en toute sécurité puis, de l’autre côté du fleuve, on découvre le cimetière à bateaux de « La Passagère » avec ses images fantasmagoriques d’épaves sur les eaux calmes, encore plus impressionnant à la tombée de la nuit. Ensuite, le village de Saint-Suliac nous présente ses maisons enveloppées de vieux filets. Elles rappellent qu’ici, des pêcheurs avaient une activité halieutique importante. Aujourd’hui, le village s’est endormi sur son passé mais il est très apprécié des visiteurs qui l’ont élu « Plus beau village des français ».
Arrivé à la Vicomté-sur-Rance, on trouvera un des derniers moulins à marée en fonction et quelques carrelets. Ces cabanes surplombant le fleuve sont « armées » de filets de forme carrée, avec lesquels les pêcheurs locaux capturent crevettes, anguilles, ou soles, dans les jours les plus favorables.
Enfin, au détour d’un méandre du canal d’Ille et Rance, nous découvrons Dinan. Cette antique cité date du XIV ème siècle et bon nombre de ses façades en témoignent. Les murs des maisons en torchis sont soutenus par des poutres de plus de 400 ans et on les trouve principalement dans la rue du Jersual, une artères qui donne l’impression de grimper sans fin pour atteindre le haut du village.
La dernière étape de ce Nord de la Bretagne se termine dans le département de la Manche, avec l’incontournable Mont-Saint-Michel. Partagé entre la Normandie et la Bretagne (cette situation géographique fait l’objet de sempiternelles disputes entre les habitants des deux régions) le lieu saint reçoit des centaine de milliers de visiteurs venus du monde entier. Il faut pas mal de courage pour accéder au parvis de la cathédrale, mais le jeu en vaut la chandelle car, arrivé au sommet, la vue à 360° est époustouflante. La marée monte à une vitesse fulgurante nous faisant découvrir des formes en perpétuel changement, au grés du recouvrement des bancs de sables qui, peu à peu, isolent le Mont-Saint-Michel du continent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *